EN FR

Campagne pour un siège au Conseil de sécurité de l'ONU : un échec de 8,6 millions de dollars

Auteur: James Wood 2021/06/10

Selon les documents obtenus par la Fédération canadienne des contribuables, le gouvernement fédéral a dépensé 8 664 524 $ dans sa campagne échouée pour l’obtention d’un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies.

« Gaspiller des millions de dollars pour un siège au Conseil de sécurité de l'ONU est déjà assez grave, mais dépenser plus de 8,6 millions de dollars pour terminer troisième montre que cette campagne a été un coup dur et un échec pour les contribuables », a déclaré Franco Terrazzano, directeur fédéral de la FCC. « Le montant que le gouvernement a dépensé par vote est supérieur à ce que de nombreux Canadiens gagnent par an. »

Les documents révèlent les coûts salariaux totaux de tous les fonctionnaires affectés à la campagne de l’obtention d’un siège de sécurité entre 2016 et le 20 juin 2020. Les salaires s’élèvent à 6 218 498 $, un total qui s'ajoute aux dépenses opérationnelles de 2 446 026 $.

Le Canada avait terminé troisième au scrutin le 17 juin 2020, avec 108 voix, derrière la Norvège (130 voix) et l'Irlande (128 voix). Jusqu'à présent, la campagne a coûté plus de 80 227 $ par vote aux contribuables.

Une comptabilité complète des dépenses opérationnelles et des frais de déplacement n'a pas encore été publiée par le gouvernement fédéral.

Les divulgations précédentes liées à la campagne comprenaient plus de 24 000 $ pour des friandises ayant pour thème le Canada et près de 140 000 $ pour le voyage annulé en Barbade du Premier ministre Justin Trudeau.

Les autres coûts comprenaient 31 000 $ pour transporter des diplomates au siège de l'ONU à New York et 20 000 $ pour des consultants et des entrepreneurs.

La FCC a soumis de multiples demandes d'accès à l'information pour éclaircir tous les détails de ce qui a été acheté avec l'argent de la campagne.

« Nous savons déjà que le gouvernement a dépensé plus de 1 000 dollars en biscuits et porte-clés pendant la campagne échouée », a déclaré Terrazzano. « Les contribuables attendent avec impatience de voir ce que le gouvernement pensait être des dépenses judicieuses avec notre argent dans ses efforts d’impressionner les fonctionnaires de l'ONU. »